• 18.

    Le petit ange sur mon épaule gauche me conseille d'aller reconnaître les lieux afin d'anticiper un éventuel guet-apens. Le petit diable sur mon épaule droite me dit plutôt d'attendre, de conserver l'effet de surprise et l'excitation face à l'inconnu de la situation.

    Le feu passe au vert, je prends sans réfléchir la route menant à l'adresse. J'aimerai simplement observer de loin, sentir l'ambiance environnante. Avec tout ce qu'il m'est arrivé ces derniers temps, je suis bien placée pour savoir que l'on n'est jamais trop prudente.

     

    De belles maisons alignent leurs façades sur toute la longueur de la rue. La pente est raide, je roule lentement puis gare ma voiture non loin du lieu de rendez-vous.

    J’aperçois une entrée, et derrière un haut mur, ce qui pourrait ressembler à un parc. Arrivée au niveau du portail, je recherche discrètement une boite aux lettres ou éventuellement une sonnette sur lesquelles je pourrai découvrir un nom de famille.

     

    18.

     

    Je m'approche encore un peu, et soudain, le bruit feutré d'un appareil électronique attire mon attention: Je découvre avec stupeur qu'une caméra de surveillance suit le moindre de mes mouvements. Une voix pré-enregistrée m'intime:

    Bonjour, identifiez-vous.

     

    Prise au dépourvu, je suis bien incapable de tenir une conversation avec cet engin. Je m'échappe un peu en direction du trottoir, mais la caméra suit toujours mon déplacement. Le son grésille dans le haut parleur et cette fois, c'est une voix familière qui se fait entendre:

    " - Je me doutais bien que tu ne pourrais pas t'empêcher de venir roder dans le coin!"

    Je reste toujours figée, incapable de répondre à cette petite machine perfectionnée.

    Nouveau grésillement, puis :

    " - Tu peux parler Haily, je t'entends."

    Un peu agacée d'être manipulée de la sorte, je rétorque en regardant droit dans la caméra:

    " - Merci, mais discuter avec un objet ne m’intéresse pas plus que ça."

     

    Un Bip retenti, les ventaux de l'immense portail commencent a s'ouvrir lentement. J'avance timidement, un peu stupéfaite par ce que j'aperçois peu à peu derrière la grille :

    Une allée si longue que je n'imagine même pas qu'elle puisse prendre fin quelque part; Une propriété d'une taille inouïe, des parterres de fleurs, des arbres, des haies ... Le tout extrêmement bien entretenu (pour le peu que je puisse en juger).

     

    Une voiturette de golf arrive à vive allure. Un grand homme d'une cinquantaine d'années et vêtu d'un costume noir et blanc en descend:

    " - Mademoiselle Haily Jane ?"

    Me demande-t-il en me tendant le bras afin de m'escorter jusqu'à la place du passager.

    18.

    " - Oui ?

    - Monsieur Julian vous attend, il va vous recevoir. Permettez que je vous conduise."

    Il prend ma main et m'aide a monter dans le petit véhicule.

     

    Je souris discrètement, ne pouvant m'empêcher de repenser a une conversation que nous avions eût, les copines et moi, quand nous étions bien plus jeunes. Je revois Lou rêvassant à un avenir idéal:

    " - Un jour, j'aimerai vivre dans une grande maison, tu sais, que mon futur mari et moi ayons une vraie réussite sociale.

    - Je me verrai bien femme au foyer riche, pour ma part."

    S'était à son tour prononcée Anna, avant de sur-enchérir:

    "Genre mon conjoint qui gagne bien sa vie et moi qui gère la fortune, ha ha !"

     Marie, qui rêvait déjà d'une carrière d'avocate depuis nos plus jeunes années, avait rétorqué les yeux brillants d'ambition:

    " - Moi je m'en fou de mon futur mari, je voudrai réussir toute seule. Etre indépendante. Bien sur que j'aimerai partager ma vie avec quelqu'un, et j'espère qu'il aura les dents longues. Mais je veux une vraie carrière."

    Je les écoutais, amusée, exprimer leurs projections d'un avenir parfait. Et Lou qui a ce moment là prononça la phrase qui me fit sourire à cet instant précis, des années plus tard, assise dans cette petite voiturette :

    " - Et avoir un majordome ... Tu sais, un homme classe, qui sait tout faire. Il s'appellerait Hubert ou Hugues... Ou non, Antoine, plus moderne, ou Alphonse. Enfin un truc dans le genre, un prénom qui commence par un A ou un H, ça serait un gage de qualité."

     

    Plongée dans mes pensées, je ne me rends pas compte que nous sommes arrivés à destination. Le majordome descend du véhicule, fait le tour et viens me saisir de nouveau la main afin de m'aider à descendre. Cendrillon dans son carrosse.

    Admirative face à ce gentleman, je me permets d'avoir l'audace de poser LA question:

    " - Excusez-moi, monsieur, est ce que je pourrai connaitre votre prénom ?

    - Je m'appelle Alexandre, mademoiselle."

    Un point pour toi, ma Lou.

    Alexandre pousse la lourde porte en bois de la demeure.

     

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Le hall fait largement la taille de mon appartement, 

     et j'ai bien du mal à en apercevoir le plafond.

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

     

     

     

     Vous avez aimé ce chapitre ? 

       Laissez nous un Tips ♥                     

    +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz   

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Océane
    Samedi 10 Mars à 19:56
    Bon chapitre bien que trop court ^^

    Tu décris une maison de rêve en tout cas :)
    2
    Charlotte
    Lundi 12 Mars à 13:04

    Sympa la maison ! Je rejoins Océane, le chapitre est un peu court ^^"

     

    A bientôt 

    3
    charlotte
    Lundi 19 Mars à 17:55

    Je suis trop contente que Julian soit de retour. J'ai hâte de lire ce qu'il va se passer entre eux. Surtout que Damien est de retour pire qu'avant. Je suis sur qu'il a dû se faire virer mais il attend le dernier moment avant de lui dire pour ne pas se faire engueuler et pouvoir jouer tranquillement encore un peu avant de rechercher du boulot. 

    Je me demande si elle va tromper Damien avec Julian. Il a l'air parfait riche, beau et gentil. 

    Vivement la suite.

    Bibiche-loveserie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :