• 09.

    Ce grand gaillard transpire un peu plus que de raison, et malgré ses efforts je perçois bien qu'il est nerveux.

    Jérémy lui demande de bien vouloir me laisser en dehors de leur discussion, précisant que je n'ai rien à voir avec leurs histoires et leurs affaires.

    " - Il fallait réfléchir avant de faire tes conneries Jérémy, c'est un peu tard pour vouloir protéger ta copine. Alors, combien tu as gagné sur notre dos ? six ? sept milles ? Ils sont tous furieux contre toi et maintenant me voilà ici à faire le messager ...

    - Je n'ai pas touché à la cam, je t'assure Fred, et je n'ai pas gagné d'argent supplémentaire.

    - Alors la marchandise s'est envolée ?! Arrête un peu ! Assume et dis-moi ce qu'il en est ?"

    En prononçant la fin de sa phrase, l'homme lève le bras et met Jérémy en joue.

    " - NOOON ! "

    9.

     

    Le cri sort de ma bouche avant même que je n'en ai conscience. Surpris, l'homme se retourne face à moi, l'arme toujours au poing. Heureusement, il a suffisamment de sang froid pour ne pas appuyer spontanément sur la gâchette.

    " - Certains sont morts pour moins que ça ! Ne hurlez pas comme ça ! "

    Je rêve ou quoi, il m'engueule ! Mais aux vues de ses arguments et du regard que me lance Jérémy, je ramasse ma chaise et me rassois bien sagement dans mon coin.

    Le mec pivote de nouveau vers Jérém et continue son numéro:

    " - J. tu sais comment ça fonctionne .... Je ne pourrai pas repartir d'ici sans la vérité, une reconnaissance de dette ou ta tête sous le bras. Je te laisse cinq secondes, après il faudra prendre une décision radicale.

    - Fred c'est plus compliqué que ça ... 

    - Un... Deux ...

    - Non mais tu es sérieux ? Arrêtes tes conneries, enfin ! 

    - Trois... Quatre ... "

    Ce n'est pas possible, il ne va quand même pas l'abattre comme ça sous mes yeux ? Et Jérémy, qu'est ce qu'il attend pour lui avouer la vérité concernant les vols à répétition de Daniel ? J'ai envie d'hurler en ordonnant à Jérémy de dire la vérité et mettre ainsi un terme à ce compte à rebours improvisé. 

    " - Cinq. "

    Personne ne bouge, Fred est toujours là, arme au poing. Quand soudain ... 

    PAN, un coup part. PAN, suivit d'un autre. J'ai les yeux clos depuis la première détonation, et mon coeur bat tellement fort qu'il a du s'extraire de ma poitrine.

    Daniel, sorti de sa chambre aussi discrètement qu'une souris, saisit mon bras et me fait sursauter de plus belle. Il est là, tenant lui aussi une arme entre ses mains en me demandant si je vais bien. 

    Un peu abasourdie, je relève la tête et prends aussitôt conscience de la situation: Fred est allongé sur le ventre, la tête baignant dans une marre de sang. Dany, dont la présence dans l'appartement n'avait pas été mentionnée à notre visiteur surprise, vient de l'abattre d'une balle dans la nuque. La vue et l'odeur du sang me donnent immédiatement envie de vomir.

    Jérémy est adossé contre le mur en face de nous. Il est assis par terre et se tient l'épaule, ses vêtements sont également couverts de sang.

    Daniel se précipite vers lui, en prenant soin de vérifier au passage que Fred ne bouge plus du tout.

    " - MERDE ! Mon pote, ça va ? Je ne pensais pas qu'il aurait le temps de tirer lui aussi !

    - Mais qu'est ce que tu as fais ... On est foutu ... "

    Murmure Jérémy dans un souffle à peine audible. Mais Daniel n'en démord pas : 

    " - J'allais quand même pas le laisser te crever comme ça en plein milieu du salon !! Tu crois que je n'ai pas compris pourquoi ils sont après toi ?! Tu pensais que j'allais tranquillement attendre derrière ma porte que tu te fasse abattre comme un chien à cause de mes conneries ?! "

    Je me précipite à mon tour vers eux, prenant soin d'enjamber le cadavre de Fred en coupant ma respiration:

    " - Je t'emmène à l'hôpital !!

    Je crie à Jérémy. 

    - Non pas l'hosto ! Si on y va, c'est retour en taule assuré... "

    Il me supplie en bougeant à peine les lèvres.

    " - Mais si on n'y va pas, tu vas continuer de te vider de ton sang et mourir assis là ! Qu'est ce que tu préfères ??"

    Je lui réponds tout en essayant de maîtriser mon hystérie. 

     

    Dany me tend un portefeuille:

    " - C'est le mien, tu t'en serviras quand on te demandera de qui il s'agit. Les papiers sont à mon nom et une des cartes d'identité est imprimée avec sa photo, on a l'habitude."

    Il perçoit mon hésitation et insiste:

    " - Ça va aller ne t'inquiète pas, je suis certain que tu vas assurer. Je te note mon numéro sur un bout de papier, appelle-moi d'un téléphone public quand tu seras là-bas, c'est préférable."

    J'ai les mains qui tremblent mais je parviens a glisser le portefeuille dans mon sac. Daniel charge Jérémy sur son dos, et nous voilà partis jusqu'à ma voiture.

    Il doit y avoir un dieu pour les assassins: Malgré le bruit engendré par les coups de feu (assourdis néanmoins par les silencieux des pistolets), le fracas des objets qui sont tombés dans l'appartement pendant l'affrontement, les corps qui heurtent le sol ou encore mes cris, nous ne croisons pas âme qui vive en chemin.

    Daniel installe Jérémy sur le siège passager; Il est encore tout juste conscient, il va vraiment falloir se dépêcher pour arriver là-bas.

    9.

    Dany me retient une minute avant que je ne prenne place à mon tour dans la voiture:

    " - Reviens me voir ce soir.

    - Euh... C'est que je n'ai pas vraiment le coeur à m'amuser, tu sais ....

    - J'ai besoin de toi pour dégager cet abruti qui gît dans le salon, tu es la seule au courant et je n'ai absolument aucune envie que ça s'ébruite. Donc on fait ça ce soir, et terminé.

    - Et comment tu fais pour les autres ? Ces personnes qui étaient au courant de la venue de Fred et qui l'ont envoyé comme messager ? Ils vont bien attendre son retour et se poser des questions ...

    - C'est un autre problème et si tu le permets, ce n'est pas le tien. A tout à l'heure, je compte sur toi."

    Il appuie ses derniers mots en me regardant avec insistance, traduisant ainsi qu'il ne me laisse pas le choix.

     

    Dans la voiture, Jérémy arrive encore à parler: Tant mieux, je décide de discuter avec lui tout le long du trajet afin de lui éviter de perdre connaissance. 

     

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    On se mets d'accord sur une version des faits.

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

      

     


    +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz    

     

     


  • Commentaires

    1
    Océane
    Samedi 29 Juillet 2017 à 14:57

    Eh bien ça part en sucette tout ça, mais ça met un peu de piment. Bon chapitre :)

    2
    Charlotte
    Lundi 31 Juillet 2017 à 13:27
    Hé bah de plus en plus je me dis qu' Haily n'aurait pas dû revoir Jérémy...

    A bientôt
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :