• 08.

    8.

     

    Les garçons s'éloignent pour échanger quelques mots à voix basses; Cependant, de là où je suis la discussion me parait assez animée...

     

    J'ai beau me faire violence, je ne peux m'empêcher une ou deux tentatives pour écouter quelques bribes de leurs conversation.

    Lorsque Jérémy revient enfin vers moi (qui fait comme si je n'avais pas osé bouger d'un doigt de pied) c'est pour me dire qu'il faudrait remette nos confidences à plus tard et qu'il serait préférable que je m'en aille.

    Je râle un peu, la suite de son histoire m'intéresse beaucoup et c'est assez malvenu de sa part que de me mettre à la porte comme ça alors que nous devions nous expliquer.

    Suite à mon insistance et malgré son air visiblement contrarié, il accepte de finir en bonne et due forme notre conversation et m'explique ainsi qu'après m'avoir vue avec ce fameux prince charmant, il est allé errer par-ci par-là...

    " - J'ai retrouvé Daniel, et à cette époque là il avait quelques relations qui se lançaient dans un réseau de Go-Fast. 

    - Oh ?! C'est à dire ?

    - C'est un réseau de transport de drogue Haily, je ne peux pas trop t'en dire plus, mais sache que je ne touche à rien, je te le jure.

    - Bravo ! Tu veux une médaille ? Après tout, tu fais bien ce que tu veux, tu n'as pas de compte à me rendre. Mais ce n'est pas parce que tu n'es pas un camé que tu ne me déçois pas. Tu avais d'autres moyens de t'en sortir, d'autres choix possibles a faire."

    Il me regarde d'un air mi-coupable, mi-résigné et poursuit son argumentation:

    "- Je le sais ma belle, mais c'est tellement facile... Regarde autour de toi, on vit comme des princes !! Je peux offrir une vie décente à mon meilleur pote, qui lui se crève le cul à bosser en faisant la plonge dans une cuisine de restaurant pour un salaire de misère.

    - Alors pourquoi ses fameux amis ne l'ont pas engagé lui aussi ?"

    Il baisse un peu le ton afin d'être certain que Dany n'entendra rien de ses confidences :

    " - Ils ne l'estimaient pas à la hauteur, il n'avait pas les capacités pour tenir la route, et maintenant que le réseau s'est développé, je dois bien avouer qu'ils n'avaient pas tout à fait tord."

    J'aimerai creuser et connaitre la raison pour laquelle Jérémy est déçu de son ami, mais trop de questions me brûlent les lèvres concernant son activité :

    - Mais enfin, je ne comprends pas, tu conduis une voiture dans des convois pour aller chercher de la drogue ? Et tes restrictions judiciaires, tu fais encore ça sous l'identité de Daniel ?

    - Non je ne prends pas la route, je suis nourrice.

    - Ah ?! Étrange, j'aurai pourtant juré ne pas avoir vu d'enfant en train de sniffer dans le placard."

    Il sourit:

    " - Tu es bien toujours la même ... l'humour en toute circonstance. Non, en fait je garde une bonne partie de la drogue que mes collègues ramènent en attendant que le premier stock qu'ils rapportent chez le chef soit vendu. Lui ça l'arrange, car il prend moins de risque en ayant moins de matière avec lui, et moi je récupère de l'argent en tant que gestionnaire de l'entrepôt, mais aussi une commission sur les ventes de la drogue que j'ai gardé. C'est donnant-donnant: Plus j'en accepte, plus j'ai de commissions, mais plus les risques sont plus grands si jamais l'appartement est perquisitionné.

    Je commence à prendre conscience de l'ampleur de cette affaire, de sa place dans ce réseau et de la dangerosité de tout ça:

    " - Mais enfin Jérémy, c'est une histoire de dingue ! Comment tu as pu en arriver là ... Je n'en reviens pas... Et t'entendre dire que c'est de ma faute, je ...

    - Je n'ai jamais dit que c'était de ta faute. J'ai précisé que les circonstances ont fait que j'ai pris cette voie.

    - Oui, mais...  Enfin bref, et Daniel alors ? Pourquoi représente-t-il un problème ?"

    8.

    Il hésite a me répondre, conscient qu'il m'en a déjà beaucoup dit alors qu'au départ de notre conversation il n'avait pas l'intention de rentrer dans les détails. J'insiste:

    " - Jérèm tu peux me le dire ! Je ne vais pas aller le lui répéter, et tu viens de m'expliquer plus grave que ça je suppose.

    - Oui, d'ailleurs je vais probablement devoir me débarrasser de toi."

    Un frisson me parcours et le sentiment de peur doit se traduire sur mon visage car il explose de rire et attrape mon bras:

    " - Je plaisante Haily, enfin ! Tu penses vraiment que je pourrai te faire du mal ? Je ne t'aurai rien dit si j'estimai que tu représentais un quelconque danger pour moi! Même après si longtemps sans te voir je ne suis pas fou, j'ai confiance en toi. Et pour te répondre concernant Daniel, comme tu as pu le constater en arrivant il a tendance à taper dans ma marchandise facilement, et désormais c'est un peu trop régulier. Je le soupçonne même de venir se servir quand je m'absente.

    - Oh !! Mais tu vas avoir des problèmes ?

    - J'en ai déjà, et ça devient compliqué car pour eux il y a seulement deux solutions: Soit je vends derrière leurs dos pour me faire de l'argent directement sur le stock, soit je tape dans la matière. Or ils savent très bien que je ne consomme rien.

    - Donc le colocataire pilleur n'est pas de la partie ?

    - Non, sauf si je les informe de mon problème, mais c'est une option inenvisageable car Daniel serait réellement en danger."

     

    Au loin dans le couloir, j'entends frapper à la porte d'entrée. Jérémy se raidit et me fait signe de ne pas faire de bruit. Il progresse dans le hall et regarde dans l’œilleton de la porte; Il m'ordonne une seconde fois de rester en arrière.

    On frappe à nouveau:

    " - J. Ouvre moi ! Je sais que tu as eu mon message."

    Un peu tremblante, j'articule sans émettre de son " -QUI EST-CE ?" en direction de Jérémy, mais il ouvre la porte sans daigner me répondre.

    Le mec est grand, bizarre, avec des faux airs de traître. Un flottement malsain accompagne son entrée dans l'appartement. Jérémy le laisse passer et ils avancent vers le salon. J'aimerai me terrer dans un trou de souris, ou mieux, prendre mes jambes à mon cou.

    " - Ecoute J. , certaines choses me sont revenues aux oreilles et il va falloir que l'on s'explique clairement tous les deux."

    Il écarte le pan de sa veste en accompagnant ses mots, révélant la présence d'une arme glissée sous sa ceinture. Attrapant la cross, il ajoute:

     

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    " - Mes hommages mademoiselle, navré pour vous que vous soyez ici.

    Venez, on va tranquillement s'installer au salon tous les trois."

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

     

     

     

                                                                                                                                                           +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz   

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Océane
    Mercredi 28 Juin à 09:26

    Bon chapitre, qui n'augure rien de bon à la fin! Mais un peu d'action ne fait de mal à personne. ^^ 

    J'espère que les deux vont s'en tirer. 

     

    Réponse au prochain chapitre! :3

    2
    Bibiche-loveserie
    Mercredi 28 Juin à 12:57
    Elle est bien dans la merde. Il ne là laissera pas partir comme ça son chef dealer. Tout ça à cause de son pote qui sniffe trop. Il devrait lui dire de partir sans en parler à personne. En tout cas, il aime Haily vu comment il lui raconte tout. Vivement la suite.
    3
    Charlotte
    Mercredi 28 Juin à 13:19

    Pauvre Haily, la voilà dans une mauvaise posture ! Elle n'aurait pas dû chercher à en savoir plus

    Vivement la suite qui s'annonce riche en action

    4
    Le monde de Mél
    Mercredi 28 Juin à 13:33

    Bonjour :)

    On ne peut pas dire autrement..Haily a le don de se mettre dans des situations dangereuses.Remarque le fautif cette fois est bien Jérémy. 

    La fin est assez stressante . 

    Bonne journée,bisous. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :