• 06.

    Le jeudi fatidique est arrivé, ce matin j'ai accompagné Damien jusqu'aux portes d'embarquements.

    Je l'ai serré fort, j'ai pleuré un bon coup, et puis après l'avoir entendu me promettre qu'il reviendrait pour fêter Noël avec nous, je l'ai laissé partir ... 

    Arrivée dans la voiture, mes larmes coulaient encore lorsque le sentiment de haine qui a traversé mon coeur m'a prise de court. Après trois ans de vie commune, fallait-il encore que je m'accroche a cette relation à sens unique ? Damien a beau tenir de jolis discours, ses actes ne concordent pas avec ses belles paroles.  Agrippée à mon volant, je me surprends à les détester encore un peu plus, lui et son égoïsme. 

    Si j'étais honnête avec moi-même, j'avouerais clairement que seule deux petites ficelles me retiennent à lui: Notre fille, et la sécurité de notre quotidien.

     

    Mes larmes à peine séchées, me voilà entrain de courir en direction de mon rendez-vous avec Jérémy. Après avoir suivi à la lettre ses recommandations, a savoir: Faire deux fois le tour de pâté de maison afin de vérifier qu'aucune voiture de flics en civils ne me suit, puis me garer à deux rues de l'adresse pour une nouvelle fois avoir la certitude que même à pied, personne n'est derrière moi, je rejoins l'immeuble en question.

    J'arrive dans le grand hall d'un immeuble plutôt classieux, mais je ne sais pas trop vers quel étage me diriger. Par réflexe, je me tourne vers les rangées de boites aux lettres afin d'y trouver un éventuel indice.

    6.

    " - Tu penses réellement que mon nom serait inscrit à la vue de tous la dessus?"

    Je ramasse mon coeur au sol pendant que Jérémy sort d'un petit recoin sombre, à côté de la cage d'escaliers.

    " - Putain, j'ai failli faire un arrêt cardiaque ! T'es malade de rester tapis dans l'ombre comme ça.

    Il a un large sourire et me prend dans ses bras:

    - Je suis content que tu sois là."

    Il attrape ma main et nous prenons place dans l'ascenseur. Je dois avouer que c'est un peu bizarre de se retrouver là, si proche l'un de l'autre.

    Arrivés au dernier étage, seule une porte d'entrée est disponible à notre sortie de la cabine. L'appartement dans lequel nous nous rendons occupe à lui seul tout le dernier palier. A peine le seuil franchit, je suis impressionnée par les dimensions de l'endroit:

    "- Oh ! Mais, chez qui somme-nous ?

    J'interroge, admirative et encore le nez en l'air.

    - Dans notre humble demeure, chez Dany et moi."

    Je ne suis pas autrement surprise d'entendre ce surnom surgir d'un lointain passé.

    " - Daniel ? Génial, je suis ravie d'apprendre que vous êtes toujours amis. Et donc si je comprends bien, tu ne vis absolument pas en Espagne...

    - Non Haily. Je pars, je pointe, je reviens. C'est un coût de faire ces aller-retour chaque semaine, mais je ne peux pas tout lâcher et partir comme ça, ma vie est ici, qu'importe ce que la justice ou qui que ce soit en pense.

    - Mais ... Ca ne peut pas être aussi facile ?!

    - Ça ne l'est pas. J'utilise les papiers de Daniel pour voyager et passer la frontière. L'appartement et tout ce qui s'y trouve sont à son nom également. Je n'existe officiellement nul part dans ce pays, et pour personne."

    Je sens une pointe de tristesse dans sa voix à la fin de sa phrase. Il me pousse par la taille en m'indiquant d'entrer dans le salon.

    La pièce est magnifique, écran géant, bar, larges canapés et vue splendide sur toute la ville à travers d'immenses baies.

    Je suis on ne peut plus admirative, et le reste de la visite ne fait qu’accroître la certitude que nous sommes dans l'appartement de mes rêves: Des pièces spacieuses, lumineuses et remplies d'objets de créateurs...Toutes des versions uniques ou en éditions limitées! Clairement j'en prends plein la vue, tout est rare, cher et beau. Ces messieurs ont bons goûts, c'est peu de le dire.

     

    De retour au salon, Jérémy me propose un verre après m'avoir invitée à m'asseoir. Le canapé est si profond qu'il faut que je remonte de temps en temps à la surface pour reprendre ma respiration.

    6.

    D'ailleurs, quand Dany fait son entrée, je suis si bien engloutit dans cette mer de cuir qu'il ne me remarque même pas:

    " - Ce boulot de merde commence à me prendre la tête!

    Grogne-t-il en claquant la porte. Jérémy n'a pas encore le temps de l'informer de ma présence qu'il enchaîne:

    - Tu peux me filer un sachet ? J'en n'ai plus et franchement, une bonne ligne me ferait du bien!

    Je n'ose plus bouger, un mauvais ressenti immobilisant mes membres. J'interroge Jérémy du regard, lorsqu'il lance à Dany:

     - Voyons, un peu de tenue mon cher en présence d'une dame!"

    Daniel tourne la tête dans ma direction, fronçant le nez et les sourcils avec l'air de celui qui réfléchit:

    " - On s'est déjà vu non ? Ton visage me dit quelque chose ...

    - Le contraire m'étonnerait.

    Dis-je d'un air faussement assuré.

    - Haily ?

    Hasarde-t-il, avec le regard de quelqu'un qui aurait vu un fantôme.

    - Bonne pioche! Et en toute sincérité, je suis ravie de te revoir Dany.

    Nous restons à discuter cinq minutes, puis il part s'isoler dans sa chambre.

     

    Je me retourne stupéfaite vers Jérémy :

    - Est ce que maintenant il serait possible d'avoir une explication concernant ce qu'il se passe ici ?

    - Je me demande si c'est vraiment utile...

    - Oh que si c'est utile, je dirai même nécessaire ! Figure-toi que j'apprécierai vraiment de connaitre la raison pour laquelle j'ai atterri chez les flics le jour de mon anniversaire! C'est quoi ce délire ?! Il te demande une ligne, tu fourgues de la Coke ?? C'est ça ton job ??

    - D'une certaine manière...

    - Non mais j'hallucine ! C'est bien la peine de me faire une visite guidée de ton château, tu parles d'une fierté !! Et ça ne doit pas être une petite affaire pour que tu sois déjà tombé plusieurs fois !

    Je suis hors de moi, plus en colère qu'il ait gâché sa vie plutôt que contre ses agissements. Mais comment a-t-il pu en arriver là? Pourquoi faire ces choix ? Jérémy tente de contenir mes cris, et en attrapant ma main il m'ordonne:

     

     • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • 

    - Moins fort Haily ! Viens par là ...

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • 

     

     

                                                                                                                                                            

     

     

                                                                                                                                                                +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz   

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Charlotte
    Vendredi 2 Juin à 14:06

    Pauvre Hailu tout de même ... Damien qui s'en va même si elle retrouve Jérémy il va sûrement lui arriver qlq bricoles !

    Hâte de lire les révélations de Jérémy happy

     

    A bientôt

    2
    Le monde de Mél
    Vendredi 2 Juin à 16:19

    Salut,une nouvelle fois je ne me lasse pas de te lire :)

    Mais ce chapitre ne fait pas partie de mes préférés.

    A très bientôt. 

    3
    Laetitia
    Samedi 3 Juin à 11:31

    Hello ! Super chapitre !

    Eh bien, ça va l'appart' !

    Hâte de lire la suite,bisous !

    4
    Océane
    Mardi 6 Juin à 10:25

    Bon chapitre encore une fois! :) 

    Je me demande bien ce qu'il va lui dévoiler à Haily, verdict au prochain chapitre je suppose ^^ 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :