• 04.

    Lorsque nous arrivons dans la rue où vivent mes parents, la familiarité des lieux est rassurante et fait redescendre mon taux d'adrénaline à un niveau normal.

    Le soir est tombé, je suppose que la plupart des invités sont arrivés et j’imagine déjà l'état de panique de ma mère à l'idée d'expliquer la raison de mon absence. Après que Marie ait poliment refusé mon invitation à rester pour la fête (elle n'a jamais été une adepte des réunions de famille), je monte en quatrième vitesse les escaliers jusqu'au seuil de l'appartement.

    J'inspire un grand coup avant de frapper à la porte, espérant qu'il n'ait pas été révélé au grand jour que je n'assisterai pas à ma propre soirée d'anniversaire car j'ai été conduite au poste de police.

    Mon père m'ouvre, visiblement soulagé de me voir entière:

    " - Mon dieu Haily, file dans la salle de bain te rafraîchir. "

    Me somme-t-il en me permettant de me faufiler dans le couloir. A peine ai-je fermé la porte et atteint le lavabo que ma mère se glisse dans la pièce et pousse le verrou.

    " - Maman, c'est une incroyable mép...

    - Personne ne sait, tu m'entends ?! J'ai prié pour que tu reviennes dans les temps, inventant une absurde histoire de surprise organisée par tes copines pour justifier de ton retard. Absolument aucun membre de la famille n'est au courant que tu as été embarquée par la police il y a cinq heures de ça. Alors, PAS UN MOT.

    - Je te remercie de te soucier de savoir si je vais bien maman, c'est très gentil. 

    - Qu'est ce qu'il se passe Haily ? Tu as fais une connerie ?

    - Mais pas du tout ! Justement !

    - Bon, bon, viens, tu as assez fait attendre tout le monde. On en reparlera plus tard."

    Je prends deux secondes afin de me passer un jet d'eau fraîche sur le visage puis nous partons l'une derrière l'autre en direction du salon.

    Le bruit de fond qui me parvient au fur et à mesure que nous évoluons dans l'appartement, fait de voix familières et rassurantes, me réchauffe le coeur. Je suis impatiente de retrouver tout mon petit monde.

    Avant d’accéder à la pièce, ma mère fait volte-face dans ma direction:

    " - J'allais oublier, il y a une grosse surprise pour toi."

     

    J'entre dans la salle à manger en survolant l'assemblée du regard. Ma fille se précipite dans mes jambes et je la prends dans mes bras tout en continuant d'avancer afin de saluer toutes les personnes ayant fait le déplacement en mon honneur ce soir.

    Aucune question ne m'est posée, effectivement personne ne paraît-être au courant de l'aventure qui vient de m'arriver.

    Je dit bonjour à mon oncle Henri, le frère de ma mère, qui discute avec la plus belle partie de mon coeur : Mamie sacrée.

    Ma grand-mère, j'ai beau être devenue une adulte, quand je me vois dans ses yeux j'ai l'impression d'avoir cinq ans. Je dépose Noanne à terre pour pouvoir la prendre dans mes bras:

    "- Tu me serres un peu fort ma chérie.

    - C'est que je suis heureuse de te voir mamie.

    - Alors, cette sortie ?

    - Cette sortie ? 

    - Eh bien, avec tes copines ! C'était bien ?"

    4.

    Je me remémore les confidences de ma mère et reprends instantanément la face:

    " - Oui, pardon, c'était super ! On a bien mangé... D'ailleurs, je ne sais pas si je serai capable d'avaler encore quoi que ce soit ce soir..."

    Lui mens-je. Elle me fixe de son air je-comprends-bien-qu'il-y-a-entourloupe-mais-je-vais-faire-comme-si-de-rien-était et me sourit, puis me désigne mon frère assis auprès de notre Grand-Ma : mon autre grand-mère, la mère de mon père, qui est à moitié américaine.

    Elle a eu un droit de regard sur nos prénoms à mon frère et moi, c'est pourquoi ils paraissent aussi originaux. Enfin je ne me plains pas, lui s'appelle Josh. Au moins, lorsque nous étions enfant, nous n'avons jamais eu à nous inquiéter qu'un autre élève de l'école ne s'appelle comme nous.

    Je salue donc Grand-Ma, saisissant sa main pour la porter contre ma joue avant d'y déposer un baiser. Il y a un respect de la hiérarchie très important dans ma famille paternelle, certains réflexes sont acquis depuis le plus jeune âge.

    Seules deux des soeurs de mon père sont présentes, les trois autres vivant quant-à elles aux Etat-unis.

     

    J'aperçois à son tour Damien, près du buffet que ma mère a mis en place pour l'apéritif. Il ne se déplace pas pour m'accueillir et me regarde plutôt d'un air mauvais. Allons bon ...

    Une autre silhouette accroche à son tour mon regard: Ce grand mec un peu en retrait dans un coin, d'où sort-il ? Je ne crois pas l'avoir déjà vu. En m'entendant approcher, il tourne la tête dans ma direction... Et finalement, ce visage, ces traits, ce regard... me rappellent quelqu'un. Mais qui ?

    Au même instant, ma mère, sortie de nulle-part, apparaît à mes côtés et accélère mon approche vers l'individu en saisissant4. mon bras:

    4." - Haily, regarde qui est venu te souhaiter un joyeux anniversaire !

    M'annonce-t-elle d'un air mi-figue, mi-raisin.

    - Oui, qui donc ?

    Je réponds, un sourire gêné sur le visage. Ma mère poursuit:

    - C'est Jérémy ! C'est fou je ne l'ai pas reconnu moi non plus. Après toutes ces années c'est normal, surtout qu'il a beaucoup changé !"

    Le salopard. Il m’envoie chez les flics après dix ans de silence radio, et en plus il a le culot de se pointer comme une fleur chez mes parents.

    Partie sur sa lancée, ma mère continue son ascension dans le monde des Bisounours:

    " - Il passait dans le coin et s'est souvenu de l’événement familial que nous organisons chaque année pour ton anniversaire. Alors il a eu la gentillesse de s'arrêter faire un coucou, c'est adorable non ? Après tout ce temps il a tout de même pensé à toi."

    Bah voyons, mais c'est qu'on va bientôt lui décerner une médaille à ce brave garçon!

    Je suis extrêmement perturbée par sa présence, ayant un peu de mal à dissocier celui qu'il est aujourd'hui de l'image que mon cerveau me renvoie, tel qu'il était à l'époque. Il est certain que ma mère a raison sur un point: Il a rudement changé. Le gamin de dix-sept ans est devenu un grand gaillard avec des traits beaucoup plus achevés et durcis, mais toujours avec ce regard bleu profond qui me rendait folle à l'époque. 

    Il m'embrasse sur les deux joues et j'en profite pour lui souffler à l'oreille qu'il va falloir que nous parlions, en appuyant mes mots de mon regard assassin (marque déposée). Au même moment, Damien arrive avec Noanne: Il a l'air furax au regard de la situation et le je comprends, bien que je n'ai rien à me reprocher. 

    C'est vrai que, à quelques jours de son grand départ, voir ce beau mec avec des ondes malsaines flottants autour de lui débarquer tout droit du passé, il est normal qu'il ressente une certaine inquiétude.

     

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Et en toute franchise,

    je ne suis guère plus rassurée que lui ...

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

      

                                                                                                                                                                 

    +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz   

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Laetitia
    Dimanche 23 Avril à 14:48

    Hello !

    Oh génial ce chapitre ! Ah la bonne surprise de Jérémy, sacré culot celui-là ! Ça ne va en rien arranger les affaires d'Haily.

    Vivement la suite, bisous et bonne journée !

     

    2
    Charlotte
    Mercredi 26 Avril à 15:47

    Coucou,

    Il en a du culot Jérémy de venir à la fête d'anniversaire d'Haily après ce qu'elle a enduré chez les flics ...

    A bientôt pour la suite ;) 

     

    3
    Melba
    Mercredi 3 Mai à 17:55
    Bonjour,merci pour ces textes c est top! Hate de lire la suite. La frequence des parutions a changé?
    4
    Bibiche-loveserie
    Samedi 6 Mai à 09:45

    Jérémy c'est donc pointé chez elle après l'avoir fait arrêté. Elle a eu raison de lui demander des explications et j'espère qu'elles seront bonnes. 

    Damien a raison d'être en colère mais j'espère qu'il va la laisser s'expliquer après qu'elle lui est parlé.

    Heureusement qu'elle a son amie Marie qui est avocate, elle a pu la sortir de là. Elle a l'air de bien gérer son boulot :).

    La mère d'Hailey a bien fait de ne rien dire à la famille du pourquoi de son retard, au moins elle n'est pas obligé de leur en parler.

    Vivement la suite. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :