• 03.

    Ça a pris un certain temps avant de faire entendre raison aux deux flics persuadés que je suis la complice restée intra-frontières de Jérémy afin qu'il puisse poursuivre ses petites affaires à distance.

    J'ai pourtant mis tous les arguments de mon côté en dégainant mon téléphone et le texto en question afin de prouver qu'il s'agit bien d'un simple message d'anniversaire, j'ai même posé sur la table ma carte d'identité prouvant ainsi ma date de naissance et ma bonne foi. 

    Mais non ... On a fait le tour de toutes les présomptions possibles et inimaginables : Aux yeux des deux agents, le scénario est très clair: Ils sont certains qu'en temps normal j'utilise moi aussi un second téléphone pour les échanges privés entre Jérémy et moi. Aujourd'hui, prise dans les préparatifs des festivités, je l'aurai oublié et Jérémy n'ayant pas d'autre choix que de me contacter sur mon portable officiel pour une affaire urgente, il aurait été contraint d'envoyer un message crypté, sous couvert d'un texto d'anniversaire, mais voulant en réalité dire tout autre chose. 

    (Il est certain qu'ils feraient de très bons scénaristes pour Netflix, ceci-dit).

    " - Ai-je le droit de téléphoner a mon avocat ?

    Je questionne, voyant qu'ils n'en démordraient pas.

    - Oh, mais bien entendu."

    Me répond le flic de gauche, un sourire puant de satisfaction sur le visage.

     

    Sous escorte d'une jeune policière appelée pour l'occasion, je saisi le téléphone public situé dans le hall du commissariat (puisque utiliser mon téléphone personnel est interdit ici).

    Marie décroche au bout de la troisième sonnerie.

    3.- Allo, oui ?

    - Marie, c'est moi ... J'ai honte de te demander ça mais, est-ce-que tu peux venir au commissariat du deuxième arrondissement s'il te plait ?

    - Haily ?? 

    - Oui, c'est moi. Tu es disponible ? S'il te plait ... J'ai besoin de ton aide.

    - Mais enfin ... ? C'est une blague, qu'est ce qu'il se passe ? Est-ce-que tout va bien ?

    - Oui, j'ai juste besoin de mon avocate. Je t'expliquerai tout, c'est un malentendu.

    - Bon, j'arrive tout de suite.

    - Merci ... "

     

    Je raccroche extrêmement soulagée que mon amie vienne à mon secours, malgré la culpabilité de l’inquiéter comme ça pour rien. Ce sera l'occasion d'admirer l'étendue de ses talents professionnels, on ne voit que trop rarement ses amies dans l’exercice de leurs fonctions.

     

    Une vingtaine de minutes plus tard, je reconnais le martèlement de ses talons sur le carrelage du Hall, et c'est sans surprise pour moi que Marie fait son entrée dans le bureau des deux têtus.

    " - Bonjour, Maitre Marie P., avocate de la jeune femme ici présente.

    Annonce-t-elle, faisant un signe de tête aux policiers tout en me désignant, avant de poursuivre:

    " - Pourrai-je m'entretenir une minute avec ma cliente s'il vous plait ?

    - Il va de soit."

    Lui rétorque monsieur l'orgueilleux, en se levant de son siège.

     

    A peine les deux policiers éloignés, Marie me lance un regard rempli de suspicions:

    - Bordel Haily, qu'est-ce-que tu as foutu ?

    - Mais je t'assure, c'est une histoire de dingue... Je n'ai rien fait.

    - En quinze ans d'amitié j'en ai vues de belles avec toi, mais venir te chercher au poste ..."

    Je baisse la tête un peu honteuse. Pour ma défense elle n'exerce son activité que depuis deux ans, après de (trop) longues études et l'obtention de son diplôme, alors je lui donne une belle occasion de faire ses preuves.

     Elle sert mes doigts et me regarde dans les yeux:

    " - Explique-moi tout s'il te plait, que j'ai le maximum d'éléments en mains pour te sortir d'ici.

    - D'accord, merci. Alors en fait c'est très bête, Jérémy m'a envoyé un texto pour mon anniversaire ce matin.

    - Jérémy qui ? Celui de l'époque, ton ancien petit copain de quand nous étions ados ?

    - Bah oui, lui ! Je te rassure je n'y comprends rien non plus, ça fait presque dix ans que je n'ai pas eu de ses nouvelles ...

    - Bon ok ... Et ensuite ?

    - Eh bien voilà, c'est là le problème: Ces deux flics sont venus cogner comme des malades à la porte de chez mes parents, me sommant de venir avec eux et que je savais pertinemment de quoi il retournait. Arrivés ici, ils m'ont expliqué que Jérémy est en fait un ancien détenu, qu'il trempe dans de sales affaires et qu'il est fiché partout.

    - Ouh la la ...

    - Il est même interdit de territoire Marie... Qu'est ce qu'il a pu faire pour qu'on veuille même protéger des gens face à lui ?

    - On n'est pas là pour s'inquiéter pour lui Haily.

    - Oui c'est vrai... Enfin quand même. Mais voilà, il semblerait qu'il n'ait pas pointé au commissariat cette semaine, et j'ai beau dire aux flics que j'ignorais absolument tout et que c'est une pure coïncidence qu'il m'ait envoyé ce p**** de texto aujourd'hui, ils n'en démordent pas, pour eux c'est un message crypté et je suis la complice de Jérémy.

    3.

    - Mais attends, ils ont quoi contre toi ? Tu as avoué quoi que ce soit ?

    - Non ! Bien sur que non, je t'assure que je n'ai rien à voir la dedans.

    - Et mis à part ce message, il y a d'autres preuves de vos communications ? Des appels, traçages téléphoniques, témoignages de personnes qui vous auraient vus ensemble ou entendus discuter ?

    - Non, bien sur que non ... je n'ai eu aucun lien avec lui en dehors de ce message auquel je n'ai même pas répondu d'ailleurs.

    - Mais j'hallucine !"

    Elle bondit de sa chaise en direction des policiers et les engueulerait presque:

    " - Excusez-moi messieurs, veuillez restituer ses affaires personnelles à ma cliente, nous partons!

    - Comment ça, vous partez ?"

    Interroge (en exagérant le ton) le policier resté désagréable depuis le départ. Marie ne cille pas, droite dans ses bottes malgré les regards à la limite de la correction que lancent les deux hommes dans sa direction.

    " - Vous m'avez très bien entendu, nous partons. Depuis quand un texto reçu, ne contenant qui plus est rien d'incriminant,   est un motif recevable pour un maintien en garde à vue ? Vous n'avez absolument rien de concret pour donner allégeance aux accusations faites envers ma cliente. Elle n'a donc, de ce fait, absolument RIEN à faire ici."

    Les flics ont l'air en colère et je me fais toute petite en attendant de savoir de quel côté tombera la foudre. A ma grande surprise, je les vois saisir le bac en plastique dans lequel ils m'avaient fait déposer certaines de mes affaires en arrivant ici.

    En les voyant le jeter sur la table, Marie ne peux se contenir:

    " - Allons messieurs, vous savez tout comme moi qu'un abus de pouvoir tel que celui dont vous avez fait preuve aujourd'hui pourrait suffire a vous faire déposer vos plaques dans la foulée. Ne soyez pas incorrects de surcroît."

    Je reste stupéfaite par son aplomb, mais avec un tel sentiment de fierté... De plus, je lui suis extrêmement reconnaissante en enfilant ma montre et en nouant de nouveau les lacets de mes chaussures.

     

    De retour au grand air, Marie me propose gentiment de me ramener à destination. Dans la voiture, je la remercie mille fois de m'avoir sorti de ce pétrin.

     - Jérémy alors, hein ?

    Me lance-t-elle avec un clin d'oeil, en démarrant.

    - Ecoute je ne sais pas ce qu'il me veut, mais très sincèrement il aurait mieux fait de rester là où il était celui-là !

    - Tu vas lui répondre ? Fais attention Haily, si il est sur écoute téléphonique ça peut devenir compliqué après.

    - Je sais, mais je suis partagée. C'est quelqu'un qui a été important pour moi.

    - Je le sais, c'est bien ça qui me fait peur.

     

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • 

    - Et pour être honnête, cette histoire a réussi a piquer ma curiosité...

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • 

     

                                                                                                                                                                 +++++++++++++++++++++++++++++++++1.opyright Reserved 

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes & images non libres de droits

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++Textes : #Déborah / Illustrations : #Souz   

     

     


  • Commentaires

    1
    Laetitia
    Dimanche 9 Avril à 22:23

    Bonsoir !

    Super chapitre, merci Marie pour avoir fait libérer Haily ! Bel abus de pouvoir des policiers, c'est dingue !

    Hâte de lire la suite, bisous !

    2
    Charlotte
    Mardi 11 Avril à 15:04

    Trop contente de retrouver Haily ! Très chouettes ces illustrations, vous avez toutes deux fait du beau travail 

    A bientôt pour la suite :)

      • Mardi 11 Avril à 16:35

        Merci Charlotte, je suis ravie que les illustrations te plaisent, c'est un grand plaisir pour moi de dessiner les aventures de notre Haily et encore plus de voir que vous aimez :)
        C'est donc emplie d'encore plus de joie et de motivation que je continue les dessins!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :